Obtenez ce qui *devrait* être obtenu

(Satsang donné par Swamiji au Royaume-Uni en mars 1983)

Depuis tout ce temps nous chantons des bahjans. Nous sommes fatigués, endormis, nos corps sont douloureux et certains d’entre nous n’ont même pas un bon endroit pour se tenir debout.  Pourtant j’étais en train de me demander “De quoi est-ce que je devrais vous parler ?”. Nous pouvons toujours parler du Divin, à tout moment, partout et en toute situation. Lorsque nous le faisons, la fatigue n’a plus de sens, parce qu’en récitant et en louant le nom tout puissant de Dieu. Vous n’avez pas besoin d’un moment particulier pour cela. ; vous pouvez penser à Dieu n’importe quand. Quand nous pensons à Dieu et que nous recherchons sa grâce en récitant ou en chantant son nom alors sa grâce va entrer dans nos cœurs et les laver des impuretés. Le pouvoir purifiant de Dieu est ainsi ! Vous pouvez chanter et adorer le nom divin sous n’importe quelle forme – vous pouvez dire Muruga, Krishna, Shiva, Vinayaga ou Devi… Quelle que soit la forme que vous choisissez d’adorer, Dieu est présent sous toutes les formes en tant que Shiva-Shakti – il est un, avec une seule signification.

Cette grâce unique que nous, en tant qu’humains, sommes incapables de comprendre, entrera en nous et nous aidera à nous réaliser.  Ce nom divin est une médecine si puissante et si pleine de grâce que, si nous commençons par le chanter ou l’entonner, notre esprit s’en trouvera également impliqué ; nous commencerons à penser réellement au Divin et cette réflexion nous apportera la paix de l’esprit. Chanter le nom de Dieu n’est jamais une perte de temps. 

Depuis votre réveil le matin jusqu’à la fin de la journée, vous respectez un horaire très strict. C’est la nature de la vie au Royaume-Uni, n’est-ce pas ? Nous nous tenons en laisse en regardant toujours l’heure… l’heure, l’heure, l’heure. Ils voulaient que je me comporte de la même façon, mais je ne me laisserai pas stresser comme ça ! Dès mon arrivée, ils m’ont fait suivre un programme très serré et très complet, sans me laisser la moindre marge de manœuvre, mais je ne m’en préoccupe pas.

Il doit être environ minuit maintenant, mais il ne me semble pas que ce soit le cas. Ai-je l’air fatigué ? Non. À un endroit, nous avions des bhajans, à un autre, nous avions aussi des bhajans et à un autre encore, il y avait une foule immense. Après avoir terminé tout cela, je suis venu ici, et maintenant vous êtes tous là, mais cela n’a pas d’importance. Le docteur S a dit que vous vouliez tous me parler avant que je ne prenne l’avion demain matin à 10 heures. Je sais que vous êtes tous venus ici avec des idées différentes en tête. Certains d’entre vous ont pensé : “Nous ne savons pas quand Swamiji pourrait revenir ici, alors allons le rencontrer aujourd’hui.” Quoi que vous pensiez, il n’est en fait pas nécessaire que je vienne ici. Dieu est en vous. Vous ne devez pas l’oublier. Ce corps [le mien] est une illusion ; aujourd’hui il est ici et demain il peut mourir. La spiritualité ne repose pas sur ce corps, pour lequel la vie et la mort sont toutes deux temporaires ; vous devez compter sur Dieu.

Swamiji en Grande Bretagne en 1983

Nous ne devrions jamais oublier le nom d’un Dieu si puissant… pensez-y, chantez-le encore et encore. Toutes les religions sont une, donc nous pouvons penser à lui sous n’importe quelle forme. C’est ce que dit l’hindouisme ; l’hindouisme accepte toute personne de toute religion parce qu’il considère toutes les religions comme une seule.  Il embrassera toutes les religions comme une mère embrasse son enfant. Il est aussi vaste que l’océan dans lequel un nombre illimité de rivières peuvent se jeter et être acceptées dans ses eaux. L’hindouisme ne critiquera pas les autres religions. Il était là avant l’ère agricole. Beaucoup de gens m’ont demandé : “Comment pouvez-vous dire cela ? Comment cette religion peut-elle avoir existé avant l’âge agricole ? Comment pouvons-nous croire cela ?”. Je leur ai dit que c’est très simple. Dans quelle religion [existante aujourd’hui] dit-on “Agni Deviye Namaha” [je m’incline devant le Dieu du Feu] ? C’est ce que dit notre religion hindoue, car dans les temps anciens, les gens voyaient des étincelles de feu émanant du frottement des arbres les uns contre les autres dans le vent. Cela est dit dans les Védas et même la science moderne le confirme.

Ils ont donc d’abord vénéré le feu, puis l’eau qui jaillissait du sol et coulait sur la terre, en chantant Ganga Deviye Namaha. Ensuite, ils ont vénéré les pierres et la terre en chantant Bhoomi Deviye Namaha. La seule religion [aujourd’hui] qui vénère encore ces éléments naturels est la religion hindoue, et c’est pourquoi je dis qu’elle existait déjà avant l’ère agricole. Lorsque nous regardons en arrière, à travers les générations, nous ne pouvons même pas savoir quand exactement elle a commencé – ce n’est pas ce que je dis, c’est ce que disent les Védas.  Je ne fais que répéter ce que les fidèles, les sages, les dévas, les gens éclairés et les grandes âmes ont dit.

L’hindouisme est une religion profondément significative.  Mais de nos jours, entre les mains de certaines personnes, elle s’est transformée en une religion qui fait preuve d’une certaine folie. Nous ne voulons pas de cette folie, nous ne voulons pas que la saleté souille notre esprit. Notre religion a un sens et nous, qui adorons le Divin de cette manière, n’avons pas besoin d’ego, d’égoïsme, de jalousie ou de compétitivité. Pourquoi aurions-nous besoin de quelque chose d’aussi inutile ? Ces caractéristiques et qualités dénuées de sens naissent parce que vous pensez que vous, votre milieu, votre position, vos idées et vos objectifs sont très importants. Chez ces personnes, l’ego est nourri et se développe, et ce moi finira par les détruire.

L’ego a le pouvoir de vous détruire. Dans les Védas, de nombreuses histoires ont été écrites sur ce qui est arrivé à Vishvamitra et pourquoi cela lui est arrivé. C’était un sage extrêmement puissant, mais à cause de son ego, il a connu beaucoup de problèmes et de difficultés. Et qu’a fait Pusala Nanayanar ? Il a construit un temple dans son cœur et y a installé Dieu. Est-ce difficile ? Ce que nous faisons, c’est construire des temples à l’extérieur – et c’est ce que nous devrions faire ; je ne dis pas que c’est mal. Mais il y a eu tellement de combats pour la construction des temples. Les gens forment une association mais il n’y a rien de plus que cela, il n’y a pas d’unité entre les gens de cette association et ils se disputent pour savoir quel temple construire. Finalement, on dira : “Je vais construire un temple à Muruga ; construisez un temple à Vinayagar !”. L’autre dira : “Tu construis un temple à Krishna ; je vais construire un temple à Rama.”. Tous les temples ne font qu’un ! Vous construisez des temples pour Dieu, alors pourquoi voulez-vous devenir Dieu vous-même ? Nous sommes tous des fidèles, des êtres créés par Dieu. Si nous devons faire quelque chose, alors nous avons besoin de dévotion pour l’accomplir.

Il y a une différence entre les concepts “je fais” et “Dieu fait à travers moi”. Si vous construisez un temple et que vous dites “Je construis un temple ; venez aider”, alors le “Je” signifie ici que l’ego est en jeu. Cependant, si vous dites “Dieu se sert de moi pour réaliser cette construction ; faisons cela tous ensemble”, alors votre état d’esprit est celui de l’abandon aux pieds de Dieu. Il n’y aura pas de “je”. Au contraire, vous penserez que tout est fait par Lui. Et qui ne danse pas sur la musique du maître de danse ? Dieu est le seul à avoir le pouvoir de faire bouger les choses. (…)

Cette Divinité m’a accordé sa grâce divine et j’ai réfléchi à la façon de l’utiliser. Le Dieu qui dirige le monde entier est celui qui me fait travailler – en me guidant, en me bénissant et en me donnant sa lumière de sagesse. Que son nom se répande dans le monde entier ! Que chacun atteigne la vérité et ses bénédictions ! Ce faisant, leurs karmas seront dissous, leurs problèmes et leurs difficultés seront résolus, leurs maladies seront guéries et ils atteindront les pieds de Dieu. Tel est mon souhait.

Oh Dieu, il n’y a pas besoin de nom, de célébrité ou de richesse – tout cela n’est lié qu’au monde matériel. Quant à moi – j’ai vu ton nom, je l’ai compris et je l’ai réalisé. Selon le dicton “Que le monde entier connaisse la béatitude que j’ai connue”, je sais qu’il y a un moyen pour tous d’atteindre cette béatitude, mais personne ne me demande jamais de leur montrer le chemin qui mène à la vision de Dieu. Ils me parlent seulement de leurs problèmes et de leurs difficultés, et je les écoute aussi. Quoi que vous souhaitiez atteindre à travers moi, cela arrivera.

À quoi dois-je vous servir ? Si vous m’interrogez sur la spiritualité, je vous l’expliquerai ; si vous m’interrogez sur vos problèmes familiaux, alors je vous en parlerai. Quelle différence cela fait-il pour moi ? Ce n’est pas mon travail d’insister pour que vous ne m’interrogiez que sur la spiritualité. Dieu m’a fait un don et m’a dit de continuer à l’utiliser en fonction de ce qui est demandé. Par conséquent, demandez ce que vous voulez et recevez ce que vous voulez.

Obtenez ce qui devrait être obtenu !

Sri Premananda Ashram © 2019. All Rights Reserved