Comment être un bon guide pour ce monde

Les êtres humains doivent être capables de comprendre les sentiments des autres. Sans cette capacité, quelle que soit la caste dans laquelle ils sont nés, ils auront de basses qualités. Tout d’abord, il leur manquera la capacité de voir les meilleures qualités des autres. Ils seront occupés par la jalousie et l’égoïsme et leur vie – corps et âme – deviendra inutile. Lorsque vous essayez de comprendre les sentiments des autres, des qualités telles que la politesse, l’humilité et la sainteté se développent naturellement en vous. (…)

Dans ce monde matériel, nous connaissons tous des difficultés et des chagrins. Ceux qui croient et ont foi en Dieu trouveront un soulagement à ces problèmes, tandis que d’autres seront submergés par d’autres problèmes et d’autres peines encore.

Vous avez peut-être choisi de suivre une carrière particulière, en y voyant un moyen d’améliorer votre vie. Mais si vous voulez réussir dans la profession que vous avez choisie, vous devez d’abord apprendre d’un expert et éviter de penser : “Je sais tout”. Ce n’est que de cette manière que vous réussirez, même si vous progressez aussi lentement qu’une tortue.

Nous ne devons pas toujours regarder le grand arbre que nous ne pouvons pas escalader.  Regardez le petit oiseau perché sur la plus haute branche de ce grand arbre.  Même ce petit oiseau est capable de faire quelque chose que vous ne pouvez pas faire.  Dieu a montré une manière appropriée de vivre et a donné des devoirs appropriés à toutes les créatures de ce monde. Par conséquent, chacun doit accomplir ses devoirs particuliers avec responsabilité. Évitez de rechercher et de juger la taille et la largeur des autres.  Prenez votre propre mesure et agissez ; c’est la beauté de votre naissance.

Nous évitons toujours nos responsabilités et évaluons les autres, avec pour résultat que nos responsabilités ne sont que partiellement remplies. La voie de la progression se trouve juste devant nous, mais soit nous ne la connaissons pas, soit nous refusons de l’emprunter. Nous sommes toujours à la recherche de raccourcis et nous sommes jaloux de ceux qui empruntent le bon chemin. Nous envions leur vie meilleure et leur renommée, c’est comme quelqu’un qui veut traverser la rivière sans se mouiller les pieds !

Il suffit qu’une personne regarde une autre en silence – leurs cœurs prononceront les mots et leurs visages exprimeront leurs sentiments. Mais au lieu d’apprendre à laisser parler notre cœur, nous transmettons des mensonges avec nos yeux, nos mots et par nos actions. La plupart du temps, nous ne laissons jamais nos cœurs parler parce que nous ne permettons pas au Dieu consciencieux d’entrer dans le silence de nos cœurs et de nous corriger.

À travers les âges, nos ancêtres ont toujours dit que tous les êtres de ce monde étaient apparentés. Afin d’en faire l’expérience et de le prouver, nous devons éclairer notre cœur de compassion. Nous devons être capables de regarder les difficultés et les chagrins des gens avec la lumière de la compassion. S’il y a un tremblement de terre ou de la pauvreté quelque part dans le monde, nous devons parler aux âmes des gens qui sont là et être conscients de leurs souffrances.

Pourquoi nous mettons-nous si souvent en colère ? C’est, bien sûr, à cause de l’égoïsme. Nous nous mettons en colère lorsque des personnes qui ont les mêmes goûts et les mêmes aversions que nous essaient d’obtenir quelque chose que nous voulons. Parfois, cela nous rend même furieux. Cette qualité est le propre des personnes qui n’utilisent que cinq sens. Lorsque quelques personnes fuient un animal par peur, les autres auront tendance à les suivre, croyant qu’il s’agit de l’état de pensée le plus élevé. Mais cela ne fait que démontrer leur ignorance. L’illusion qu’est la colère revient à monter un cheval imaginaire. Il n’atteindra certainement pas sa destination et le voyage sera pénible.  Cherchez la vérité. Trouvez le chemin qui vous sera bénéfique en utilisant la loupe appelée le sixième sens. Cette loupe vous montrera les germes de la jalousie et de la colère.

Nous sommes toujours en train de faire des recherches sur les choses qui nous entourent, comme les arbres et les buissons, les animaux et tout ce que nous voyons à l’extérieur de nous. Mais tout ce que nous faisons en réalité, c’est simplement calculer le nombre d’années qu’il a fallu pour que tout cela existe et nous donner quelques réponses. Ensuite, nous sommes pris par les louanges illusoires que nous recevons et ainsi nous régressons. Nous devons d’abord nous réaliser nous-mêmes, réaliser la grandeur de notre naissance puis nous devons découvrir ce que nous essayons d’accomplir grâce à cette rare opportunité. Élevez cette grande naissance ; si nous n’essayons pas de le faire, nous serons comme des cadavres, même si on dit que le Seigneur Shiva vit en nous, à l’intérieur de notre corps.

Même à notre époque, des avatars et des maîtres spirituels naissent dans ce monde. Nous devons réaliser qu’ils sont venus sur terre grâce aux mérites acquis par les ascèses qu’ils ont pratiquées dans leurs naissances précédentes.  Ceux qui ne peuvent pas reconnaître ces personnes sont appelés ajnanis [personnes qui manquent de sagesse].  Ils ont beau avoir une vision extérieure, ils n’ont pas de vision intérieure ; ils ne peuvent pas comprendre la grandeur et les plus hautes qualités des êtres vivants. 

Aujourd’hui, à l’aide d’instruments sans vie, la science découvre comment utiliser les ondes pour savoir ce qui se passe au loin. Mais nos saints avaient la capacité de le faire en eux-mêmes ; ils étaient capables de découvrir ce qui se passait n’importe où. La science moderne ne fait que découvrir des choses que les saints ont découvertes et expliquées il y a si longtemps. Ces saints ont dit que les gens ne pouvaient pas vivre sur Mars et ce n’est qu’aujourd’hui, des milliers d’années plus tard et après de nombreuses recherches, que les scientifiques ont conclu qu’il n’y avait pas d’eau sur Mars et qu’elle était donc inhabitable. Pourtant, nos saints nous ont dit cela il y a des milliers d’années, sans aucune recherche. Cela montre que, par leur sagesse, nos saints pouvaient expliquer des choses que la science n’était même pas capable d’approcher à cette époque.

Cette vie matérielle donne le sentiment illusoire que tout dans ce monde est permanent. À cause de cela, les gens vivent leur vie sans atteindre la vraie connaissance, puis meurent tout simplement. Mais rien n’est permanent ; toutes les choses et tous les êtres sont impermanents. La source  et la force vitale de toute création : le Seigneur Shiva, est la plus haute et est éternelle – c’est une pensée divine. Les expériences nous apprennent les conséquences de nos choix. Le bonheur permanent est le plus grand bonheur, et ce n’est que par l’illumination de votre âme que vous pouvez jouir de cette félicité. 

Le principe du Sanatana Dharma hindou est de créer l’unité dans le monde. Il stipule que les êtres humains doivent rechercher la vérité en eux-mêmes. Des milliers de religions sont apparues et ont disparu dans ce monde, mais l’hindouisme est la seule à être apparue au début du monde et à exister encore aujourd’hui. Toutes les créatures créées dans ce monde doivent un jour retourner à Dieu – telle est la philosophie du Sanatana Dharma hindou. (…)

Si vous pouviez voir clairement quelles sont les personnes qui ont réussi à accomplir des choses vraiment grandes dans ce monde, vous constateriez qu’elles avaient toutes foi dans le Divin et qu’elles avaient la haute conscience que leurs inventions et leurs victoires n’étaient pas dues à leurs propres talents mais étaient toutes des actions de Dieu. La personne moyenne qui ne croit pas au Divin régresse dans la vie, mais ceux qui croient en Dieu atteignent un état supérieur. L’esprit libre de doutes réalisera définitivement Dieu, mais celui qui a des doutes ne sera d’aucune utilité, même pour la vie matérielle. Un esprit pur est le temple de Dieu, la confiance absolue en est la lumière.

Une personne qui vénère Dieu ne fera vraiment aucune discrimination entre les classes supérieures et les classes populaires. Les personnes qui ont des préjugés font souvent seulement semblant de ne pas penser comme cela devant les autres. Si vous réalisez que tous les êtres sont le reflet de la même force vitale, alors vous n’aurez plus aucun sentiment de discrimination. La cause de la discrimination est l’ignorance et les personnes qui pensent et agissent de cette manière le font simplement par manque de connaissances et d’expérience. Cette maladie de la discrimination est présente même chez ceux qui sont sur le chemin spirituel, par exemple “tu es important” ou “je suis important”.

Nous nous sentons tristes lorsque nous connaissons des ennuis et des difficultés, et lorsque de bonnes choses nous arrivent, nous nous sentons satisfaits et heureux. Mais une fois que nous saisissons la vérité selon laquelle la tristesse et le bonheur proviennent du même endroit, alors nous serons toujours heureux.  Les saints sont constamment dans cet état. Ceux qui peuvent guérir leurs propres maladies physiques sont les grands médecins. Et ceux qui ont vaincu les maladies qui contrôlent le corps – comme la faim, le sexe, la vue et l’odorat – sont les grands saints et sages. La félicité qu’ils goûtent dans cet état n’a aucune équivalence dans ce monde. C’est l’état le plus élevé et celui qui atteint ce niveau connaît la valeur d’une naissance humaine. (…)

Lorsque nous avons la chance d’être en contact avec des maîtres spirituels, nous ne devons pas laisser passer cette grande opportunité en l’ignorant.  Faites de cette relation une relation solide.  Ces grandes personnes ont naturellement acquis des connaissances que vous ne pourriez apprendre qu’en lisant des milliers de livres.  D’un seul regard, ils peuvent comprendre toutes les vérités et les contre-vérités de l’être entier d’une personne.  S’ils nous donnent du travail, nous devons le considérer comme un cadeau.  Les choses que vous vous efforcez de comprendre, ils les connaissent déjà.  Ils peuvent transformer le sable en or et, à partir du sable, ils peuvent fabriquer une corde.  Ils peuvent nous amener à la maturité.

Sri Premananda Ashram © 2019. All Rights Reserved