Comment nous en sommes venus à connaître Swamiji

(Sivakumaran et Lakshmi, Sri Lanka)

Sivakumaran : c’est pendant mes années de collège que j’ai, pour la première fois, entendu parler de certains leaders spirituels comme Saï Baba, Swami Sivananda, etc. J’ai ensuite lu un livre qui m’a donné des connaissances de base sur la spiritualité et sur le but de la vie humaine sur Terre. Ce livre disait que la méditation est le moyen le plus important pour atteindre le but le plus élevé de la vie. Il conseillait également de pratiquer la méditation sous la conduite d’un maître. Alors évidemment mon envie d’avoir un maître qui puisse me guider sur le chemin spirituel a grandi.

Au début des années 1970, j’ai eu la grande chance de pouvoir rencontrer Sathya Sai Baba à Bangalore sur Whitefield et de recevoir ses bénédictions, bien qu’il n’était pas amené à devenir mon guru. Mais c’est là que j’ai entendu certains de ses fidèles parler d’un sage au Sri Lanka qui ressemblait à Sai Baba et qui, par la bouche, donnait naissance à des lingams qui s’étaient formés dans son corps. Je me suis alors demandé si j’étais destiné à rencontrer un jour ce sage extraordinaire ?

Un soir de 1977, vers dix-sept heures, j’étais devant le portail de chez moi quand j’ai remarqué un jeune homme revêtu d’une robe orange remarquablement belle, un swami qui marchait le long du chemin. Un peu surpris, je me tenais là à le fixer et je ne pouvais pas le quitter du regard. Il semblait être profondément plongé dans ses pensées et se dirigeait vers la plage. Alors qu’il passait devant moi pour finalement disparaitre lentement de mon champ de vision, il me passa par la tête que c’était peut-être le saint de Matale dont j’avais entendu parler il y avait quelques années de cela.            

Courant 1984, j’avais appris et pratiqué la méditation depuis plusieurs années et, le soir de Mahashivaratri de cette année-là, je participais à une méditation de groupe à Colombo. C’est là que j’ai entendu dire que ce même soir un Swami organisait un programme dans la salle du Mémorial de Vivekananda de la Mission Ramakrishna juste à côté. J’ai alors décidé d’assister à cette célébration qui durait toute la nuit et dès que j’ai vu le Swami sur l’estrade, je l’ai tout de suite reconnu, c’était le swami qui était passé devant moi et qui m’avait donné le darshan en 1977 ! Et bien sûr, ce n’était personne d’autre que Swami Premananda lui-même !

J’avais très envie de rencontrer Swamiji après le lingodbhava, mais je n’en ai pas eu l’occasion parce que je devais travailler ce matin-là. Alors je suis rapidement rentré à la maison, je me suis douché, j’ai pratiqué ma méditation matinale et je suis ensuite parti au bureau. Comme je n’avais pas dormi de la nuit, je suis allé travailler en pensant revenir à la maison après le déjeuner pour me reposer. Mais étonnement après le déjeuner je me suis senti remarquablement en forme et totalement éveillé, et j’ai alors décidé de rester au bureau. Ce soir-là, j’ai dîné tôt chez moi et je suis allé me coucher vers dix-huit heures trente. Le lendemain matin je me suis réveillé avec la sensation de n’avoir jamais aussi bien dormi d’un sommeil aussi profond de toute ma vie ! Je n’ai jamais oublié cette expérience et cela m’a convaincu de passer chaque Shivaratri avec ce saint, car il m’avait offert une très belle expérience grâce à laquelle j’ai appris toute la valeur de rester éveillé pendant la nuit de la Mahashivaratri.

En décembre 1984, j’ai épousé Lakshmi et à partir de ce moment-là, nous avons partagé nos vies, sur le plan spirituel aussi. Quand, en 1986, Swamiji est venu au Sri Lanka depuis l’Inde, il assurait des programmes chaque jour chez les fidèles. Il réalisait des abhishekams et donnait des bénédictions au lingam ainsi que des entretiens. Nous avons assisté à autant de programmes que possible. A l’une de ces occasions, Lakshmi a reçu du kumkum matérialisé dans les mains de Swamiji. Nous avons aussi eu la bénédiction de nous joindre à lui pour le voyage de Kataragama, ce qui a été une expérience élevante pour nous deux. Un jour pendant ce voyage, Swamiji nous a tous donné une bénédiction au lingam dans la rivière Manika Gangai. Il a d’abord voulu que nous nous immergions complètement à trois reprises dans l’eau avant de recevoir la bénédiction. C’était une expérience très spéciale et nous nous sommes aussi beaucoup amusés.

Fin 1987, nous sommes allés en Inde pour la première fois avec un couple que nous avions rencontré pendant le voyage du Kataragama. Nous avons atterri à Trichy où nous sommes restés dans un hôtel, et la première chose que nous avons faite, c’était d’aller rendre visite à Swamiji qui à ce moment-là résidait à Pudur. Lorsque Swamiji nous a vus, il a demandé si nous avions déjà fait nos courses et nous a assurés que si nous avions besoin d’argent nous n’avions qu’à lui demander. Il nous a expliqué qu’il y avait des abhishekams tous les soirs à dix-huit heures et il nous a demandés de venir à l’abhishekam le soir suivant, et bien sûr nous y sommes allés. Après l’abhishekam, Swamiji nous a suggérés de revenir le lendemain et il a dit qu’il pourrait nous montrer le site où il était en train d’organiser la construction d’un ashram.

Le lendemain, Swami a fait venir une voiture pour nous conduire sur les terres de l’Ashram. Le seul bâtiment qu’il y avait à l’époque était le Puja Hall et il n’était pas fini car le sol devait être enduit de ciment. Ainsi, à l’exception d’une cabane située près de là où se trouve l’étable actuellement, toute la zone n’était qu’une vaste étendue de ce qui semblait être en grande partie des broussailles. Nous sommes entrés dans le puja hall et avons vu tous les enfants assis sur des tapis de sol placés à même le sol en terre battue. Ils chantaient des bhajans et nous avons été informés que des cérémonies de funérailles étaient en cours. Elles avaient été organisées par le chef du village et par certains de ses assistants. Le soir après l’enterrement, nous avons été bénis à la fois par Swamiji et par sa mère et nous avons tranquillement marché jusqu’à Fatima Nagar pour attraper le bus qui nous ramenait à l’hôtel. Après cette visite, nous sommes partis faire un voyage avec les bénédictions de Swamij.

Depuis cette première visite à l’Ashram en 1987, nous sommes revenus et avons séjournés ici de nombreuses fois au fil des ans. Nous avons assisté à la transformation de cette terre apparemment aride, qui ne comportait qu’un bâtiment en travaux, en une véritable oasis verte aux nombreux arbres, aux plantes fleuries, pleine d’animaux, d’oiseaux et avec plus de bâtiments, construits de manière simple et en harmonie avec l’atmosphère d’un ashram traditionnel. Nous avons vu des saints, des sadhus et des fidèles du monde entier visiter ce merveilleux lieu spirituel, nous avons vu des centaines d’enfants déshérités être gratuitement logés, éduqués, soignés, habillés et pris en charge – le minimum pour un avenir meilleur. Et nous avons vu comment Swamiji était toujours prêt à donner des conseils à toute personne qui se tournait vers lui, et à déverser ses bénédictions sur tout le monde. Nous aussi, nous avons reçu et continuons de faire l’expérience dans nos vies de sa guidance permanente, de ses bénédictions et de son amour.

Celle année-là, à l’occasion du 31ième anniversaire de l’ouverture officielle de l’Ashram,  nous étions très honorés d’avoir été choisis pour hisser le drapeau devant le Puja Hall, le seul bâtiment à avoir été là, encore inachevé, lorsque nous étions venus la première fois, trente ans auparavant. Cela nous a rappelé de nombreux bons souvenirs. Nous avons hissé le drapeau en présence d’autres personnes qui étaient là à l’époque, comme des enfants, mais aussi beaucoup d’autres personnes qui avaient rejoint la mission depuis, tous avec un soutien fidèle à notre guru et grand saint, Swami Premananda. Cela a été vraiment une très belle expérience !

Jai Prema Shanti !

Sri Premananda Ashram © 2019. All Rights Reserved