La clé est en vous

Discours d’une résidente de l’Ashram à la Conférence Bhoumi Shakti

Namaskaram à tous…et cela signifie, “Je vénère le Soi supérieur qui réside en chacun de vous”.

Cette conférence parle de la Terre Mère, ce qui veut dire qu’elle nous concerne également. Si nous pouvions seulement avoir une meilleure compréhension de nous-mêmes, nous serions plus connectés à la planète Terre et à tous les royaumes de la nature qui y vivent.

Les gens ont donné à notre planète divers noms tels que Terre, Gaia, Gea, Demeter, Cibels, Panchamama, Terra, Bhumi Devi, pour n’en citer que quelques-uns. Ces noms – que différentes civilisations ont donné à cette planète depuis l’aube des temps – montrent que les hommes reconnaissaient en elle la déesse mère, un organisme intelligent qui donne et nourrit, un organisme fécond empli de compassion, un organisme intelligent qui est également connecté aux autres planètes et aux étoiles. 

La Source, de laquelle nous émanons tous, nous a transmis une belle planète afin que nous puissions faire l’expérience de la vie de différentes manières et afin que nous puissions nous développer et croître en connaissance. Ni cette planète, ni nos corps, ne nous appartiennent. Mais c’est un fait que nous avons oublié au cours du temps.

Le temps est désormais venu où nous devons nous souvenir de ce que nous avons un jour oublié. Une fois, Swamiji était un peu triste et irrité, Il dit : “Vous avez tous tout oublié, je n’oublie jamais rien, je me rappelle toujours de tout”. Il est possible de comprendre ces paroles à différents niveaux, selon l’état d’esprit dans lequel se trouve chacun de nous. Ce fut pour moi une information importante et il m’a fallu du temps pour l’assimiler… la solution a été de retourner à la source.

Et comment pouvons-nous nous rappeler le moyen de retourner à la Source ? En nous connectant au Soi Supérieur, qui sait tout, qui n’oublie jamais rien, parce qu’il est connecté à la Source. C’est seulement par une introspection profonde que nous pouvons nous connecter à notre Soi Supérieur et lever le voile de notre ignorance. La phrase si célèbre de Swamiji est “ La clé est en vous”. Cette clé intérieure ouvre la porte qui donne sur cette dimension dans laquelle nous pouvons trouver le bonheur éternel et la vraie sagesse.

Swamiji nous a dit qu’au cours de ses premières méditations, il était entré en introspection à l’intérieur de son corps. Il n’est allé vers nul lieu lointain, juste en lui-même. Lors de l’une telle méditation, il a tenté de comprendre ses organes internes, les circuits de circulation, comme la circulation sanguine dans son corps. Il a observé jusqu’à ce qu’il voie réellement toutes les parties de son corps avec ses yeux intérieurs. Une autre fois, il a également dit que s’il pénétrait mentalement à l’intérieur de son corps, il était en mesure de le réparer. Ensuite, j’ai appris qu’en visualisant nos organes intérieurs de cette manière, en les aimant, nous disposons du pouvoir de nous guérir nous-mêmes de toutes sortes de maladies.  

Est-ce que quelqu’un a vu le film “Mange, prie, aime” ? C’est l’histoire d’une femme, jouée par Julia Roberts, qui est en recherche d’une vie plus profonde, plus spirituelle. A un moment, elle rencontre un vieux sage qui lui recommande de “juste sourire à (son) foie”. Je me demande…. Combien de personnes savent où se trouve leur pancréas ou leur foie ? Combien de personnes disent bonjour à leurs pieds, ou à leur estomac, ou à leur thymus ? Si nous voulons nous connecter à cette planète, à cet univers, nous devons d’abord apprendre à connaitre et à comprendre nos organes internes en les aimant. Si nos organes sont dans un état parfait et se sentent aimés, cela signifie que nous sommes également prêts à aller plus loin. 

En pensant aux paroles de Swamiji et en essayant de mieux comprendre son message, j’ai commencé à trouver quelques méthodes pratiques pour m’aider à me connecter à mes organes et à retrouver la santé. C’est seulement par la pratique que nous pouvons acquérir l’expérience et trouver la clé qui ouvre la porte qui mène ensuite au pont qui nous connecte au reste de ce vaste univers de conscience, une conscience dans laquelle nous sommes tous un. Un avec les autres, avec cette planète fantastique et avec toutes les espèces animales, végétales et minérales qui vivent sur et dans la planète. 

C’était un soir. J’étais assise sur les marches du fronton de ce qui est devenu aujourd’hui la maison de Swamiji, face aux jardins – mais à l’époque il s’agissait du bureau de l’Ashram. J’attendais des personnes qui rentraient juste d’une visite à Swamiji à Cuddalore. Comme d’habitude, elles étaient certaines d’avoir des nouvelles de Swamiji. En ce qui me concerne, une question transcendantale occupait mon esprit – “comment pourrais-je voir cet univers avec des yeux différents”? Une des personnes qui revenaient de Cuddalore avait ramené de la vibhuti donnée par Swamiji, à partager avec tout le monde. Sans même bouger de la place où j’étais assise, j’ai pris la vibhuti et j’en ai mis une pincée sur ma langue. Cette toute petite quantité de vibhuti a été suffisante pour me transporter dans un état différent de perception et de sensation. J’ai remarqué un scarabée doré qui passait devant mes pieds. Bien qu’il fût tout petit, mes yeux voyaient ce petit insecte d’une manière amplifiée et cela n’était nullement le fruit de mon imagination. L’amour que j’ai commencé à ressentir pour ce petit animal était bien au-delà de ma compréhension, il n’émanait absolument pas de moi-même. Des larmes ont commencé à emplir les yeux, puis j’ai entendu la voix de Swamiji qui disait : 

“Si j’ai autant d’amour pour ce minuscule insecte, alors imagine tout l’amour que je peux ressentir pour vous tous”.

Sri Premananda Ashram © 2019. All Rights Reserved